Notre site web utilise des cookies afin d’optimiser votre expérience en ligne et vous fournir de meilleurs services. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, conformément à notre Déclaration de protection des données.

Soya IP sans travail du sol

Les principaux transformateurs, épiceries et chaînes de restaurants exigent que les producteurs respectent les pratiques exemplaires pour limiter les risques en matière de salubrité des aliments. Et la seule façon de démontrer que vous respectez les règles, c’est de fournir les documents requis. Les producteurs à la fine pointe utilisent ce mécanisme de suivi pour obtenir un avantage concurrentiel.

Le labour vertical contribue à gérer les résidus, mais ne supprime pas les mauvaises herbes

Un labour vertical effectué à l’automne ou au printemps peut empêcher les résidus de maïs de nuire à la récolte suivante de soya. Mais selon Mike Cowbrough, spécialiste des mauvaises herbes au ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, les producteurs de soya à identité préservée ne devraient pas considérer le labour vertical comme une méthode de suppression des mauvaises herbes.

« Le labour vertical n’est pas pratiqué pour supprimer les mauvaises herbes », explique M. Cowbrough. « En fait, plusieurs des outils de labour vertical ne contribuent pas vraiment à supprimer les mauvaises herbes comme les pissenlits ou d’autres mauvaises herbes vivaces, des semis de feuilles larges ou de graminées, ou des annuelles d’hiver bien établies. C’est un passage effectué pour gérer les résidus, pas un traitement contre les mauvaises herbes. »

Le labour vertical stimule la croissance des mauvaises herbes

Certains producteurs de soya à identité préservée ont peu d’options en postlevée pour supprimer les mauvaises herbes problématiques comme les pissenlits, le souchet comestible, la morelle noire de l'Est et le laiteron potager. Selon M. Cowbrough, un labour vertical à l’automne ou le plus tôt possible au printemps stimule la germination des graines de mauvaises herbes, qui peut être contrôlée par un traitement de présemis. Profiter d’une période d’au moins sept à dix jours entre le labour vertical et le semis fournit un avantage important pour un programme d’herbicide combiné (brûlage/résiduel) appliqué au sol en présemis.

Utilisez Gardien® ou Gardien® Plus de DuPont après le labour vertical

« Même si vous effectuez un labour vertical au printemps, l’application d’un traitement comme Gardien®, Gardien® Plus, ou de glyphosate avec Boundary® éliminera les mauvaises herbes vivaces, les annuelles d’hiver résistantes, et les semis d’annuelles à feuilles larges et de graminées qui survivent au labour superficiel », explique M. Cowbrough.

La composante résiduelle contribue à garder le soya IP, à valeur ajoutée, propre pendant le début de la saison de croissance, lorsque la suppression des mauvaises herbes est le plus importante.

Gardien® Plus associe la puissance de trois ingrédients actifs différents. Le flumioxazine assure une supression résiduelle de la morelle noire de l'Est et d’autres mauvaises herbes à feuilles larges, en plus de réprimer la sétaire verte. Le chlorimuron-éthyl (CE) fournit une suppression rapide et résiduel des mauvaises herbes annuelles et vivaces à feuilles larges. Le troisième ingrédient actif est le glyphosate.

 
Là où on a manqué de Gardien®
Traitements côte à côte au Gardien® et au glyphosate seul; la population de pissenlits du printemps suivant démontre exactement où le traitement au Gardien® a commencé et s’est terminé.

Autres avantages du labour vertical

Même si le labour vertical n’offre pas tellement d’avantages pour la suppression des mauvaises herbes, il offre d’autres avantages aux producteurs de soya à identité préservée qui favorisaient une approche sans travail du sol par le passé :

  • Meilleur rendement : Selon une étude du Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales, le labour vertical peut donner un rendement supérieur de deux boisseaux à l'acre par rapport à au semis direct sur un retour de maïs.
  • Plantation sur une surface plus plane : Pour les producteurs de soya à identité préservée sans travail du sol, le principal avantage du labour vertical est une surface de plantation et de récolte plus plane.
  • Moins de résidus : De nombreux producteurs de soya à identité préservée utilisent le labour vertical pour éliminer les tiges de maïs coriaces.
     

Boundary® est une marque déposée d’une compagnie du groupe Syngenta.

Lorsque l'information retrouvée sur ce site web est une référence seulement avec tout produit de protection des cultures, lisez et suivez méticuleusement les directives apparaissant sur l'étiquette.