Vêtements ignifuges pour travail en laboratoire

Les vêtements de travail de tous les jours, faits des fibres vestimentaires habituelles comme le coton, le nylon et le polyester (seuls ou mélangés), ne sont pas conçus pour protéger contre le feu et ne constituent pas des vêtements ignifuges convenables pour le travail en laboratoire.

Exposé aux flammes, le coton peut s’enflammer et continuer à brûler, alors que le nylon et le polyester peuvent s’enflammer, brûler, fondre et coller à la peau de celui qui les porte. De manière générale, les vêtements de tous les jours ne sont pas appropriés pour ces situations dangereuses. Des vêtements de protection ignifuges pour le travail en laboratoire devraient être adoptés, tout comme des mesures pour réduire les risques potentiels.

La plupart des organismes de réglementation reconnaissent que l’équipement de protection individuelle seul ne peut pas éliminer tous les risques de blessure. L’équipement de protection individuelle doit être utilisé dans le cadre d’un programme général de sécurité.

Comme souligné par l’OSHA dans l’annexe B du 29 CFR 1910, sous-section I :
« Il ne faut pas se fier uniquement aux équipements de protection individuelle pour se protéger contre les dangers; ils devraient être utilisés en combinaison avec une surveillance, des contrôles techniques et de bonnes pratiques de fabrication. »

Les risques devraient être atténués par des contrôles techniques, des pratiques de travail et une surveillance administrative. L’équipement de protection individuelle ne devrait pas être le seul moyen de protection.

L’OSHA note également, dans le 29 CFR 1910.132, que le choix de l’équipement de protection individuelle doit être basé sur une évaluation des risques dans le milieu de travail. Lorsque l’évaluation des risques indique un risque de blessures causées par le feu, l’équipement de protection individuelle approprié devrait être choisi, ce qui inclut habituellement des vêtements ignifuges convenablement conçus pour le travail en laboratoire. Par exemple, si on peut envisager le port d’un sarrau de laboratoire ignifuge lorsque le risque de brûlure se situe au‑dessus de la ceinture, celui-ci ne conviendra probablement pas si le feu risque de jaillir sous la ceinture ou du plancher. Si un feu s’allume sur le plancher ou autour des jambes de celui qui le porte, il est possible que des flammes et de l’air chaud montent sous le sarrau (ou une chemise portée à l’extérieur du pantalon). Les risques de brûlure sont accrus si les vêtements sous le sarrau prennent feu. Dans de telles situations, le port d’une chemise et d’un pantalon ignifuges (chemise rentrée dans le pantalon) ou d’un survêtement une pièce ignifuge devrait être envisagé pour protéger le haut et le bas du corps.

De plus, si l’évaluation des risques en milieu de travail mène à la conclusion qu’une menace d’incendie existe, des vêtements protecteurs faits des tissus Tyvekᵐᵈ, ProShieldᵐᵈ, ProShieldᵐᵈ NexGenᵐᵈ ou Tychemᵐᵈ de DuPontᵐᶜ (avec exception possible du tissu Tychemᵐᵈ ThermoPro) ne sont pas convenables. Des vêtements faits de matériaux ignifuges, comme les fibres Nomexᵐᵈ IIIA ou Proteraᵐᵈ de DuPontᵐᶜ, devraient être considérés. Toutefois, il est possible qu’un sarrau ignifuge ne protège pas adéquatement par comparaison à un équipement de protection individuelle comme un survêtement ou un pantalon et une chemise (deux solutions qui offrent une protection corporelle plus complète), ou un vêtement de protection contre les éclaboussures de produits chimiques ignifuge (par exemple les produits Tychemᵐᵈ ThermoPro de DuPontᵐᶜ).

Les vêtements ignifuges minimisent les risques de brûlure lors d’une exposition à court terme et d’urgence aux flammes. La plupart des vêtements ignifuges sont conçus pour donner à celui qui les porte le temps de fuir la zone où le feu s’est déclenché. Les vêtements de protection ne peuvent pas prévenir toutes les brûlures. On peut optimiser la capacité de protection des vêtements en les choisissant bien, en en prenant soin et en les entretenant convenablement, et en superposant les couches. On devrait nettoyer et inspecter régulièrement les équipements de protection individuelle ignifuges afin d’enlever les contaminants inflammables, de même que les réparer selon les spécifications du fabricant. Lorsqu’ils sont exposés à des températures élevées, les vêtements faits de nylon, de polyester ou de polypropylène portés sous l’équipement de protection individuelle ignifuge peuvent fondre et coller à la peau. Les vêtements portés sous l’équipement de protection individuelle ignifuge devraient être faits de matériaux qui ne fondent pas afin de maximiser la résistance thermique et de réduire au minimum les risques de brûlure.